Léviatemps, Maxime Chattam

Ce qui était le plus décevant, au final, c’était de savoir qu’il lui faudrait vivre dans l’ignorance de la vérité. Car la vérité de chaque homme n’appartient qu’à lui et à son histoire, celle de l’ombre, celle qui s’inscrit dans les ténèbres de nos cerveaux.

Un commentaire sur “Léviatemps, Maxime Chattam

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s