1Q84 livre 3, Haruki Murakami

Mademoiselle Aomamé, m’entends-tu approcher? non, sans doute, parce que j’avance à pas feutrés. Je me rapproche  de toi pourtant. Je ne suis qu’une petite tortue lourdaude, mais je progresse. Je devrais apercevoir bientôt le dos du lièvre. Tu ne perds rien pour attendre. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :