La fille entre quatre murs ressort la tête

Y’a pas le temps d’attendre ! Pas le temps d’attendre 16h30, mon heure habituelle pour poster mes textes.
Si j’attends, je serai capable de faire marche arrière. Parce que, c’est stressant quand même.

Je l’aime ce roman.

Oui… mais en même temps, je lui trouve mille défauts. Comme tout écrivain qui écrit son premier roman, peut-être. Ou peut-être que c’est comme ça pour tous les romans qu’on écrit, même pour Stephen King, J.K Rowling… tousss les autres.

Ba ouais, ça doit être encore pire quand tu sais que des millions de fans attendent avec impatience ton prochain bouquin.

Bon… BONNE LECTURE !


Résumé très résumé (Parce que je l’ai pas encore écrit):

Clémentine elle rêve, fort, très fort. Si fort, qu’elle a oublié de décrocher le ballon quand il a commencé à monter trop haut.

Gaffe à la chute !


« Car je savais déjà ce que serait mon avenir […] J’avais déjà tout prévu. »

Joyland, Stephen King

Previously dans la fille entre quatre murs :

Pendant que certains suivent des chemins tissés par les petites pattes du passé, Clémentine s’en débarrassait pour courir après la gloire. Elle était à peine essoufflée que le choc est arrivé. De plein fouet, ses jours de gloire se sont pointés. Quel bonheur !


*

Elle se redressa, effectua une petite vrille pour vérifier son cul dans la transparence de la porte puis entra dans le bâtiment. L’air à l’intérieur embaumait la vanille. Une femme assise en tailleur sur le parquet, regardait la télévision. Elle resta là devant son écran une bonne dizaine de minutes avant de se lever pour accueillir Clémentine.

Ah ! Clémentine, n’est-ce pas ? Je t’attendais. T’as fais bon voyage ?

Oui.

La femme lui pressa l’épaule et la guida jusqu’au lieu où se passerait l’entretien.

Très bien. Place-toi là, bien en face de la caméra et présente-toi en quelques mots, s’il te plaît.

Clémentine s’installa debout, bien droite, tandis que la femme lui tournait le dos pour prendre un stylo dans une trousse. Elle mit en route l’enregistrement de la caméra. En s’installant contre le mur, elle fit un signe à Clémentine pour lui signifier qu’elle pouvait commencer.

Alors bonjour, je m’appelle Clémentine, j’ai vingt ans et je vis dans un petit village, pas très loin de Toulouse.

Qu’est-ce que tu fais dans la vie, Clémentine ?

Je suis danseuse professionnelle. Je danse dans des discothèques.

La femme prenait des notes sur un cahier déjà bien rempli.

Dans la discothèque où notre équipe t’a rencontré ?

Elle acquiesça.

Mais ça peut m’arriver de travailler dans d’autres endroits. Des bars… Par contre je fais pas encore les soirées privées.

Ok. Qu’est-ce qui te fait croire que tu es une bonne candidate pour cette émission ? Quel est ton objectif principal ?

Bah comme je l’ai dis je suis danseuse, alors je pense que cette émission serait bien pour moi, pour qu’on me reconnaisse dans mon métier. Je suis faite pour aller plus haut que ces petites discothèques de quartier. Je le sais, tout le monde me le dit.

De l’autre côté de la vitre, un homme et une femme suivaient l’entretien. Ils dévoraient des yeux, chaque courbe du corps de Clémentine.

Depuis quand pratiques-tu la danse ? Demanda la casteuse.

Ça va faire bientôt deux ans maintenant.

Seulement…

Oui, en fait c’est parce qu’une fois avec des amies, on a réussi à se faire remarquer en montant sur le bar pour danser plus librement. Avec le monde autour de nous, c’était gênant sinon. Donc c’est là que tout à commencer. Tout ce monde qui nous observaient, on était des stars, tellement que le patron de la boîte nous a repéré et nous a proposé un contrat. Je sais pas pourquoi d’ailleurs. Parce qu’à cette époque j’étais pas très belle.

Tu étais comment ?

Déformée, vraiment, je vous jure ! Plate devant, grosse derrière. En mode Chubaka, poilue à l’extrême. Je me détestais.

Qu’as-tu changé depuis ?

Presque tout. J’ai changé ma couleur de cheveux plusieurs fois, je suis passée du blond au roux, au bleu, au brun… Je me suis fais un lissage brésilien, je supportais plus ma touffe. Enfin, maintenant je peux changer de coupe de cheveux, plus facilement. J’adore changer très souvent de coiffure.

Hum… Par exemple ?

Par exemple… Me raser un côté, comme Rihanna et d’autres grandes stars ont faient. C’est swagggg ! Ou me mettre des rajouts pour les avoir bien longs. Dit-elle en passant la main dans ses cheveux. Maintenant je me vois dans la glace, je m’aime. En plus je fais beaucoup de sport, je cours sur un tapis de course toutes les semaines, ca m’a sculpté le corps. Fini mon gros derrière, je préfère gros devant et petit derrière.

D’ailleurs… c’est quoi ta taille de poitrine, si ce n’est pas trop indiscret ?

Clémentine, depuis son arrivée n’arretait pas de se frotter les mains. Elles commençaient à devenir rouge par endroit.

Oh non, ça me gêne pas comme question. Vous savez quand on veut faire de la télé réalité, moi j’ai bien conscience qu’il va falloir que je me révèle entièrement. Je suis prête à ça, vous savez.Vraiment… Alors… Je fais un bonnet D, avant je faisais un bonnet b, je détestais ma poitrine. Maintenant j’en suis plutôt contente.

Tu te mettais des paires de chaussettes dans la poitrine pour qu’ils paraissent plus gros ? Dit la femme sur le ton de la plaisanterie.

Vous rigolez ? Imaginer la « tehon » que j’aurais eu si ça tombait ? Et si un mec était prêt à me ken. Ah non non non…

« Prêt à me ken » ?

Oui me pecho. Coucher avec moi quoi… Pour en revenir sur ma poitrine, je pense que je me referais opérer encore, au jour d’aujourd’hui j’en suis pas satisfaite. Moi, je voulais plus gros mais le chirurgien n’a pas voulu.

— Ah bon… Mais ça te dérange pas de changer de corps à ce point là ? Tu n’as pas peur de ne plus te reconnaître ?

Bin non, c’est maintenant que je me reconnais. Comme je t’ais dit, je change souvent d’apparence, ça m’arrive assez souvent d’alterner la couleur de mes yeux aussi. Parfois marron, vert… J’ai même déjà essayé violet. Je suis belle putain, je m’aime comme ça. Fuck les rageux, je suis dans mon jaccuzi pendant qu’ils pissent des larmes dans leur lit.

Physiquement selon toi, quel est ton plus bel atout ?

La forme de mes yeux, dit-elle en frôlant son sein gauche gonflé par le silicone.

Et ton plus gros défaut ?

Elle prit le temps de réfléchir.

Pas facile comme question, hum… Je dirais mes pieds. C’est pas très beau des doigts de pieds, c’est tout boudinés et tordus. Non, j’aime pas ! Les fétichistes des pieds, ils ont un problème, un bug dans le cervelas…

Tu veux dire cervelet ?

Un petit rire niais sortit de sa bouche.

Oui, hihi, c’est plutôt ça. Sérieusement vous vous imaginez les lécher ? Les mettre goulûment dans votre bouche ?

Pas vraiment non ! Penses-tu être une bonne candidate ?

Je suis télégénique, on me voit à la télévision on y reste scotcher, fille ou garçon, on ne peut pas faire autrement que de me regarder. Je suis intéressante, je sais « ambiancer »… on s’ennuie pas avec moi. Impossible ! répondit-elle en accentuant les syllabes sur son dernier mot.

Pour finir… si je te demande de me faire une danse, là toujours en restant devant la caméra, sans réfléchir, qu’est-ce que tu pourrais me faire ?

Sans hésiter, Clémentine dandina son corps de bas en haut, en se frottant un peu partout, jusqu’à pirouetter sur elle-même et ouvrir sa chemise d’un coup mal assuré. Elle ne portait pas de soutien gorge. Des gouttes de sueur traversaient son entre seins et roulaient jusqu’à son nombril.

La casteuse pas plus choquait que ça après ce show, éteignit la caméra.

Merci, Clémentine, tu peux te rhabiller. On va revisionner la vidéo puis si tu es prise, on te recontactera. OK ?

À bientôt alors, je serai trop contente de travailler avec toi. Dit-elle en roulant des hanches jusqu’à la sortie.

La casteuse, après avoir pris le temps de ranger soigneusement ses affaires se retourna avec entrain vers ses collègues qui suivaient l’entretien derrière la vitre.

C’est elle ! Putain ! C’est absolument elle qu’il nous faut.

Ils hochèrent unanimement la tête en signe de consentement.

Clémentine, elle, une fois sortie, relâcha la pression et retomba en enfance. Elle effectua trois petit rebond sur place.

Ça s’était très bien passé, elle s’y voyait déjà. Il faut dire qu’elle s’était bien préparée au point de se mouler en parfaite candidate. Elle regardait les émissions, étudiait leurs agissements, leurs langages…

Elle était prête !

2 commentaires sur “La fille entre quatre murs ressort la tête

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :