Alphonse #4

« Bande d’inconscients » pensa-t-il un jour alors qu’il passait devant des jeunes gens qui détendaient au soleil « N’ont-ils donc pas honte ? Jouer comme des enfants alors que leur futur s’impatiente. Infames gosses ! Je vous deteste. Pauvre monde ! » Il resta là, un temps, à les regarder s’amuser. L’œil colèrique perdait de temps e temps son rouge pour devenir rose. Puis, il prit la décision d’aller les voir. La moral s’approcha tandis que la bande s’ébrouait gaiement.

_ Hey !

Trois se retournèrent.

_ Vous n’avez pas honte ?

_ Quoi ?

_ Ce que vous faites là. Regardez-vous nom de dieu.

Ils se regardèrent, amusés.

_ Qu’est-ce qu’on fait ? Demanda le plus calme, tandis que les autres commençaient à ricaner.

_ ça, dit ALphonse en montrant leur petit squat qu’ils s’étaient fait pour la journée. Des vêtements étaient éparpillés autour d’eux de la nourriture et des canettes de bière.

_ On ‘en pose des questions à toi ? On vient pas te faire chier, alors fais de même. Dit la jeune fille à sa gauche.

_ Egoistes !

_ Tu veux jouer avec nous ?

_ Je suis là pour vous remettre dans le droit chemin Rangez tout ça, et partez rejoindre votre futur. Notre futur ! Vous comprenez ? Pas le temps pour ces balivernes. Ne nous abandonner pas. On a besoin de vous.

_ Mais qu’est-ce qu’il raconte lui ?

_ T’as fumé ?

_ C’était de la bonne, je crois.

_ Allez, viens te poser avec nous, repeta le gars du fond visiblement bourré. On s’occupera du futur plus tard.

_ Il est fou non ?

_ Si c’est le cas, je préfère qu’on s’en aille maintenant. On va quand même pas attendre d’en être sûr pour faire quelque chose.

_ FAIRE QUELQUE CHOSE…

Ils sursautèrent.

_ Voilà une sage parole. Tu t’appelles comment ?

_ Youseph.

_ Très bien, Yousseph, toi tu me plait bien, continues.

_ Vraiment, les gars, c’est flippant. Il paraissait normal au premier coup d’œil. Un ado comme nous quoi.

_ Qu’on lui trouve un entonnoir ! Cria le gars bourré, hilare.

Ce qui provoqua des petits rires chez ses compagnons. Alphonse continuait à les regarder sérieusement.

_ Un but, c’est bien, c’est ce qu’il vous faut.

_ Bon allez, je crois qu’on a compris. Il a raison. On s’en va. Dirent-ils.

Après avoir remballé toutes leurs affaires, avec l’aide d’Alphonse, ils partirent en lui disant au revoir. Laissant là Alphonse avec son sourire de satisfaction et sa posture de conquérant. La bande, elle, s’enfonça et se reposa un peu plus loin. Mais ça il ne put le voir car il avait le regard perdu loin à l’horizon.
cropped-cropped-cropped-log

 

La suite demain ! 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :