« Je cours » Kyo

Fais moi de la place
Juste un peu de place
Pour ne pas qu’on m’efface
J’n’ai pas trop d’amis
Regarder en classe
C’est pas l’extase
J’ai beaucoup d’espace
Je suis seul et personne à qui le dire
C’est pas le pire
Quand la pause arrive
Je n’suis pas tranquille
Il faut que je m’ecclipse
Ou alors, accuser le coup
Où dehors
Faudra que je cours
Tous les jours
Faudra-t-il que je cours
Jusqu’au bout
Je n’ai plus de souffle
Je veux que l’on m’écoute

Plus de doutes
Pour m’en sortir
Je dois tenir et construire
Mon futur
Partir à la conquête
D’un vie moins dure
Sûr que c’est pas gagné
Mais j’assure mes arrières
Pour connaître l’amour
Et le monde
Faudra que je cours
Tous les jours
Faudra-t-il que je cours
Jusqu’au bout
Pour connaître le monde
Et l’amour
Il faudra que je cours
Tous les jours
J’voudrais m’arrêter
J’peux plus respirer
Dans ce monde parmi vous
J’voudrais m’arrêter
J’peux plus respirer
Dans ce monde parmi vous
J’voudrais m’arrêter
J’peux plus respirer
Dans ce monde parmi vous
J’voudrais m’arrêter
J’peux plus respirer
Dans ce monde parmi vous
Faudra que je cours
Tous les jours
Faudra-t-il que je cours
Jusqu’au bout
Pour connaître le monde
Et l’amour
Il faudra que je cours
Tous les jours
Fais moi de la place
Juste un peu de place
Pour ne pas qu’on m’efface
Fais moi de la place
Juste un peu de place
Pour ne pas qu’on m’efface
Fais moi de la place

 

« Fête de trop » Eddy de Pretto

Tu sais
Tu sais, ce soir j’ai vu tout les joyaux de la pop
J’ai même bu à outrances toute l’absinthe de tes potes
J’ai côtoyé de rares nymphes, pris des rails en avance
Dans des salles bien trop noirs sans lueur d’élégance
D’avantage j’ai serré mes mâchoires lamentables
Et zélé des amants, des garçons de passage
Que j’ai tenté d’approcher mais que ma mascarade
A fait fuir lentement par sa froideur maussade
Alors j’ai rempli ma panse avec de vives urgences
Autant vives que ivres sur la piste de danse
J’ai ajusté mes pansements pour que mes saignements
Soient beaucoup moins apparents sur la piste d’argent

C’est la fête de trop!
Moi je l’ai faite, défaite et ça jusqu’au fiasco, c’est la fête de trop!
Regarde je luis de paillettes et me réduis au KO

Tu sais ce soir j’ai lu dans mon corps relâché
Le manuel torturé de cette danse exaltée, j’ai même
Glissé ma langue dans des bouches saliveuses
Dans de tout petits angles où l’on voit qu’les muqueuses, puis là
Je suis rentré bel et bien les mains nues
Avec cet air déjà vu et l’envie de surplus
J’ai rien trouvé d’précis excepté d’apparence
Exactement même si demain tout recommence

C’est la fête de trop!
Moi je l’ai faite, défaite et ça jusqu’au fiasco, c’est la fête de trop!
Regarde je luis de paillettes et me réduis au KO, c’est la fête de trop!

Moi je l’ai faite, défaite et ça jusqu’au fiasco, cC’est la fête de trop!
Regarde je luis de paillettes et me réduis au KO (torse)

C’est la fête de trop!
Moi je l’ai faite, défaite et ça jusqu’au fiasco, c’est la fête de trop!
Regarde je luis de paillettes et me réduis au KO

 

WordPress.com.

Retour en haut ↑